AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
suite à une surpopulation féminine, merci de privilégier les personnages masculins.

Partagez | 
 

 Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
≈ messages : 101
≈ points : 35
≈ date d'inscription : 02/11/2015
≈ crédit : january blues (avatar)
≈ métier : Je fais essentiellement de la photographie mais pour me payer ma clope et mon café je dois aussi faire barmaid à mis-temps.
≈ côté coeur : travaux en cours.

MessageSujet: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   Dim 13 Déc - 22:05

living like we're renegates.
why not ? you're going to die anyway.

 
Elle se lève, comme pour tous ces matins de pacotille ou la journée se décrit en fonction de son humeur au réveil, humeur qui se dessine sur son visage encore ensommeillé. Elle bouge, d'abord le bout de ses doigts, puis le bras tout entier pour attraper le portable posé sur sa table de nuit. en regardant l'heure elle se met en position assise. Deux heure de l'après-midi, il était temps de ce lever. Entourée de sa couverture, elle vogue comme une âme en peine dans son appartement. Histoire de ne pas tombé dans les pommes dès le réveil, elle va se chercher un petit en-cas dans la cuisine. Puis, de retour dans sa chambre, clémentine à la main, elle prends son pc et commence ses recherches. Les cafés de Siloam Springs. Elle tombe sur quelques adresses et en choisie une qui lui semble convenable, potable. Buvable. Elle laisse tomber la couverture sur le sol, et après un frisson due à la fraicheur de la pièce, Joe court s'habiller. Elle choisit, tout a fait au hasard, une tenue adéquate pour sortir. Couleur sang et cendre, sa tenue du jour fait ressortir ses cheveux teints. Puis elle remplie son sac à main par tout et n'importe quoi. Les clopes, la monnaie, un parfum d'été alors que le froid de l'hiver lui glace le sang; même son polaroid y passe. Elle regarde de manière discrète une dernière fois son portable, souffle un bon coup et sort enfin. Elle marche dans les ruelles, referme son perfecto noir pour se tenir chaud, et souffle dans ses mains gelées. Elle arrive au café: il était temps. Elle choisit une table, un peu à l'écart, pour être tranquille et commande au serveur un café serré. bien répond-t-il calmement avant de repartir. Elle sort son portable pour faire quelques recherches en attendant son café. Le serveur arrive enfin, et heureuse comme un enfant à noël, elle s'empresse de porté le café à ces lèvres froides. Après une ou deux gorgées, elle décide de s'en griller une. Clope à la main et café en bouche, elle profite un maximum de l'instant présent. Il faut qu'elle trouve une occupation a quoi vaquer cette après midi sinon elle risque de s'ennuyer...  

_________________
say geronimo
well I'm just a boy, with a broken toy, all lost and coy, at the curtains of the waterfall.
so it's here I stand, as a broken man, but I've found my friend, at the curtains of the waterfall ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
≈ messages : 28
≈ points : 20
≈ date d'inscription : 31/10/2015
≈ crédit : By Tinker (avatar), Tumblr
≈ métier : étudiante indécise
≈ côté coeur : A peu près sûre d'être célibataire

MessageSujet: Re: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   Lun 14 Déc - 21:39


dylan&joe❧ May the force be with you.
" Et voilà, encore un nouveau réveil cassé. Ce n'était que le... Hum hum, je ferai mieux d'arrêter de la ramener. Mais bref. Il n'avait qu'à ne pas sonner ! Comment ça, c'est le but d'un réveil ? " (posté il y a trente secondes)

Le visage encore ensommeillé, les yeux semi-ouverts, je contemplais en grommelant le réveil, brisé en mille morceaux sur le sol de ma chambre. Je n'étais jamais de bonne humeur le matin. Mais c'était encore pire quand je venais de passer la nuit la tête sur mon clavier d'ordinateur, et qu'un fichu réveil m'avait fait la peur de ma vie. J'avais encore les marques des touches sur la joue et un post-it s'était retrouvé collé, je ne sais trop comment, sur mon front. C'était pour ce genre de situation que j'avais choisi de vivre seule.

Sortant mon ordinateur de son propre sommeil, j'ouvris mes mails, puis lançais une playlist au hasard sur mon mp3. Enfin satisfaite (autant que c'était possible en vue de mon humeur actuelle), j'entrepris une fouille de ma penderie, avant de me reporter sur une pile de fringues qui trainait sur mon ancien bureau d'ado. Dansant comme une folle (et mal) sur une chanson de Carly Rae Jepsen un peu gnangnan, mais que j'appréciais étrangement, j'enfilais avec un peu de difficulté un jean, un tee-shirt Star Wars et une chemise à carreaux.

Après avoir glissé mon ordinateur et mon téléphone dans mon sac de cours, j'attrapais mon mp3 d'une main, sans cesser une seule seconde de danser. Pareil pour descendre les escaliers et jusqu'à la cuisine, où je récupérais mon porte-monnaie, ouvrais les volets. Ma danse s'était transformée en course, qui se poursuivit dans l'entrée. Je m'empressais d'enfiler le trench que j'avais acheté spécialement pour la Comic Con de l'année précédente, et dont je ne me séparais plus depuis.

Continuant à courir, écoutant à peine la musique qui résonnait dans mes oreilles, je pestais tout bas. Chaque fois que ma besace cognait contre ma cuisse, je me disais que j'étais en retard en cours. La honte, je détestais arriver la dernière, c'était affreusement gênant. Je ne fis qu'un arrêt, devant la vitrine d'une boutique, pour m'en servir comme un miroir. J'en profitais pour essayer d'arranger ma coupe de cheveux du saut du lit. Sauf que cette boutique vendait des tonnes, mais vraiment des tonnes de calendriers. (Je sais, comme de pas hasard) (Et ça court pas les rues en plus)

" Mon dieu, je suis vraiment conne ! "

Mon cri m'avait attiré des regards surpris, voir dégoutés. Mais je venais de comprendre que je n'avais pas cours aujourd'hui. Je m'étais pressée pour rien ! J'aurais pu rester chez moi, affalée sur mon canapé à me retaper tout l'intégrale de Friends, tout en me goinfrant de céréales et en engloutissant des litres de chocolats chauds. Suivis après de cookies, chamallows, milkshakes, et peut-être un énième revisionnage du Seigneur des Anneaux.
Un soupir m'échappa tandis que je perdais dans mon fantasme de journée de glandouillage parfaite. Me mettant soudainement à chantonner en cœur avec la chanson d'Avril Lavigne qui s'échappait de mes écouteurs, je repris ma route, plus calmement, reprenant un pas plus dansant. Le téléphone en main, occupée à tweeter et à poster un peu partout, je pris la décision d'aller prendre une boisson dans le café le plus proche, puisque j'étais sortie.

Quelques minutes plus tard, je poussais la porte d'un café. Il m'était arrivé d'aller y acheter quelque chose à boire parfois, mais je n'avais pas de vrai endroit attitré où squatter quand j'avais du temps. Il y avait tout ce qu'il me fallait chez moi, et sinon l'université était suffisamment grande pour que je puisse y trouver un espace libre. J'en étais à là de mes réflexions, en train de trifouiller mon mp3, lorsque soudainement je sentis une vive vague de froid envahir ma peau. Choquée, je relevais les yeux au ralenti, les bras écartés et la main toujours serrée sur l'appareil. Je croisais finalement le regard d'un serveur à peine plus âgé que moi, rouge comme une tomate par la gêne. Il y eut un moment de flottement, durant lequel nous ne nous quittâmes pas du regards l'un l'autre. Enfin, il réagit et s'exclama qu'il était désolé, tandis que j'observais la grande tâche rose faite par le smoothie qui venait de renverser sur mon beau tee-shirt Star Wars, hallucinée et déçue de le voir dans cet état. J'avais envie de hurler "mon précieux", mais me retins, je m'étais déjà faite suffisamment remarquer durant cette dernière heure. Essayant d'expliquer au pauvre serveur que ce n'était pas si grave (même si pour moi c'était la fin du monde), je le regardais rester planter face à moi, voyant bien qu'il ne savait que faire.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
≈ messages : 101
≈ points : 35
≈ date d'inscription : 02/11/2015
≈ crédit : january blues (avatar)
≈ métier : Je fais essentiellement de la photographie mais pour me payer ma clope et mon café je dois aussi faire barmaid à mis-temps.
≈ côté coeur : travaux en cours.

MessageSujet: Re: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   Mar 29 Déc - 16:34

Elle était plongée dans ses idées noire, blanche, rouge, que dis-je, ses idées à elle quoi, quand soudain, un bruit lui fit lever la tête. La première chose qu'elle aperçue fut la couleur rose contrastant avec le t-shirt noir de la personne en face; puis la tête du serveur, gêné, stressé, et coincé surtout. Les gens comme ça, elle les connaissait par cœur, et elle les aimaient rarement. Mais la fille en face lui faisait pitié, et son t-shirt n'était pas de mauvais goût. Ni une ni deux, son fort intérieur pris le dessus et décida de prendre le contrôle d'une situation qui ne la concernait en rien. Elle se lève, serviette à la main pousse le serveur de façon nonchalante et essuie la tâche. On croirait que tu vas tomber dans les pommes. lâche-t-elle, sans pour autant espérer une réponse de sa part. Elle relève la tête et fini par croiser le regard de la blonde en face d'elle. Plutôt mignonne, mais ce n'est pas le genre de personne avec qui Joe traîne souvent... On dirait une de ces intellos, pensant pouvoir partager leur savoir avec le monde entier comme si le monde entier voulait devenir comme elles. Et puis de là où elle vient, Joe n'a pas eu la chance, ou le malheur, d'avoir une amie comme ça. Mais là n'était pas la question, elle finit par se remettre droite, baissa légèrement la tête et dit voilà t'as plus rien, c'était pas si grave... Vu la consistance de la boisson, un coup de serviette a suffi pour enlever toute la tâche, ce qui est presque incroyable en raison de la dose de sucre contenue dans les smoothies. Ne sachant plus quoi dire, elle recula d'un pas en attendant la suite des événements, peut être serait ce plus intéressant que ce qu'elle aurait cru...

_________________
say geronimo
well I'm just a boy, with a broken toy, all lost and coy, at the curtains of the waterfall.
so it's here I stand, as a broken man, but I've found my friend, at the curtains of the waterfall ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
≈ messages : 28
≈ points : 20
≈ date d'inscription : 31/10/2015
≈ crédit : By Tinker (avatar), Tumblr
≈ métier : étudiante indécise
≈ côté coeur : A peu près sûre d'être célibataire

MessageSujet: Re: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   Lun 18 Jan - 12:16


dylan&joe❧ May the force be with you.
" Perturbation dans mon programme de la journée : je dois désormais m'acheter un nouveau réveil ET trouver un T-shirt propre. Vive les serveurs ! " (posté il y a quinze secondes)

Le jeune serveur ne semblait pas posséder la capacité de contrôler son stress. Il tremblait sans arrêt, en posant son plateau sur une table vide, en prenant une serviette, sans pour autant parvenir à m'aider à essuyer mon T-shirt. Il me faisait presque pitié, il s'inquiétait beaucoup trop. Jamais je n'avais rencontré quelqu'un d'aussi inquiet et parano. Même mes petits frères n'étaient pas aussi effrayés lorsque ma mère les engueulait pour un vase cassé, ou une chambre mal rangée. D'ailleurs, ranger sa chambre, pourquoi tous les adultes étaient obsédés par ce truc ?! Ma chambre n'était pas un bon exemple d'endroit propre et parfait, et j'adorais vivre au milieu de mes pulls, mes comics et mes chaussures.

Avant que le serveur, ou moi, ne réagîmes, une fille aux cheveux plus que rouges s'était levée et essuyait prestement la tâche. Celle-ci disparut donc en quelque seconde, la constance pas vraiment liquide du smoothie ne permettant pas de bien tâcher. Je jetais instinctivement un regard à la fois surpris et déçu au serveur. Il n'avait même pas su faire son travail mieux qu'une cliente lambda. Même si cette fille ne semblait n'avoir rien de lambda. Entre ses cheveux, et son style vestimentaire peu commun, mais qui me plaisait beaucoup, cette inconnue me semblait un peu space. Bon, je m'arrêtais à l'aspect physique, ce qui était rarement dans mes habitudes. Je ne la connaissais pas le moins du monde, peut-être était-elle vraiment terre-à-terre, déprimante, pas drôle, ou un truc du genre. Sa voix ne me permit pas d'en déduire davantage sur sa personnalité. J'étais d'ailleurs tellement occupée à essayer de deviner ce qui pouvait bien se cacher à l'intérieur que je ne compris pas immédiatement ce qu'elle me dit. Mais finalement, lorsque l'information monta jusqu'à mon cerveau, je souris brièvement et répondis :

" Merci pour ton aide... Quel dommage, ce T-shirt était presque propre ! Il n'était sur la pile à linge-sale que depuis deux jours... Tant pis, il rejoindra l'équipage du prochain cycle de ma machine à laver ! "

Lissant le tissu imprimé de petites lettres jaunes, je songeais à quel point j'adorais cette fringue. Ce n'était pas ma préférée, et, de toutes manières, j'adorais plus que tout la totalité de mes vêtements. Incroyable comme je pouvais rapidement m'attacher à des objets. Bon, je n'entreposais pas tout et n'importe quoi tout de même, je vendais souvent mes vieilles affaires qui ne me servaient plus. Me retournant vers le serveur, je m'exclamais avec un petit sourire en coin :

" Bon, puisque vous êtes encore là, et que de toute évidence, vous n'avez plus rien à apporter, étant donné que vous avez renversé la commande sur moi, que diriez-vous de m'apporter un milk-shake au chocolat ? Ah, et vous avez des muffins ? "

Encore un peu tremblant, le pauvre jeune homme acquiesça en silence, et tout en reprenant son plateau avec le verre renversé, commença à repartir. Jetant un bref coup d'œil à l'inconnue qui m'avait apporté mon aide, je m'écriais brusquement, en levant la main pour retenir le serveur :

" Attendez une seconde ! "

Je me retournais à demi vers la fille à l'impressionnante chevelure rouge, et avec de grands yeux interrogateurs, lui demandais doucement :

" Tu veux quelque chose d'autre, en plus de ton café ? "

Le serveur semblait avoir plus qu'envie de partie au plus vite. Pour quelle raison, allez savoir. Après tout, c'était lui qui avait fait une erreur, il devait en assumer les conséquences. Je n'agissais pas méchamment, mais légitimement, nan ? Puis, c'était peut-être un peu sadique, mais je trouvais ça un peu amusant. Finalement, j'agissais peut-être quelque peu méchamment.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
≈ messages : 101
≈ points : 35
≈ date d'inscription : 02/11/2015
≈ crédit : january blues (avatar)
≈ métier : Je fais essentiellement de la photographie mais pour me payer ma clope et mon café je dois aussi faire barmaid à mis-temps.
≈ côté coeur : travaux en cours.

MessageSujet: Re: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   Mer 20 Jan - 21:39

"Merci pour ton aide... Quel dommage, ce T-shirt était presque propre ! Il n'était sur la pile à linge-sale que depuis deux jours... Tant pis, il rejoindra l'équipage du prochain cycle de ma machine à laver !" attend, elle est pas un peu crade cette fille ? Je pencherais plutôt pour flemmarde en fait. Elle regarde le serveur et lui demande une boisson et un muffin offert par la maison, je rêve. Mon sosie ce tient juste devant moi, sauf pour ce qui est des fringues, moi, je suis propre. Quoique qu'en y repensant c'est assez subjectif, je fait jamais la vaisselle par exemple, et je n'ai jamais passer la serpillière de toute ma vie. Mes idées se bousculent. " Tu veux quelque chose d'autre, en plus de ton café ? " aha, je n'aurais jamais cru ça, la petite blonde machiavélique. Enfin, je ne suis pas riche au point de me refuser un macaron, mon petit pécher mignon. C'est la seule pâtisserie que ma mère m'autoriser a acheter quand j'étais petite. Je claquais tout mon argent de poche en macarons. en plus, il y a toujours plein de goûts. Le serveur me regarde presque comme si il me supplier de ne rien prendre, je sais déjà que c'est lui qui va payer la note." un macaron praliné serait le bienvenu." Je la regarde droit dans les yeux, les siens sont bleus, comme des perles. puis je tourne la tête vers le serveur, il nous regarde, il me dérange un peu,sa présence m'agace. Je lui lance un regard noir, et il disparaît de la surface. Je ressors une clope de mon sac, même si je doute que la blonde machiavélique qui se trouve devant moi fume. D'ailleurs il serait peut être temps de lui demander son prénom, je vais pas l'appeler "la blonde" toute ma vie. "C'est quoi ton joli nom?" puis je relève la tête, briquet à la main et sourire aux lèvres.

_________________
say geronimo
well I'm just a boy, with a broken toy, all lost and coy, at the curtains of the waterfall.
so it's here I stand, as a broken man, but I've found my friend, at the curtains of the waterfall ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mentir, moi, jamais, la véritée est bien trop amusante. (Dylan&Joe)
» Anémone ♣ Mentir, moi, jamais, la vérité est bien trop amusante...
» Mentir, moi, jamais, la vérité est bien trop amusante.
» « Une amie penses-tu, une bien mauvaise amie tu t'es fais mon beau. »
» Je te connais, tu me connais. •• ANTHONY & TERRIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ AFTER A COLD COFFEE :: 
 :: historic dowtown :: café on broadway
-